VOUS ETES ICI
ACCUEIL > BUSINESS > AFFAIRES & CONTENTIEUX > Chômage à Libreville : Malhonne, 34 ans, veut se suicider à  l’échangeur

Chômage à Libreville : Malhonne, 34 ans, veut se suicider à  l’échangeur

les échangeurs de Libreville devenus des lieux de suicide

GANAL – Libreville, Par T.  BECKEL’BUTH. Diplômé d’une école publique de formation professionnelle, Malhonne MOUSSAVOU NDONG n’en peu plus. Comme des nombreux autres Gabonais avant lui, il veut se suicider du haut d’un échangeur de Libreville. Chaque week-end depuis trois mois, il se rend sur la passerelle piétonne au quartier Plein Ciel. Sur l’une des voies, aux heures des pointes,  il pense mettre un terme à sa vie.

Bouclant 35 ans bientôt, il pense que la mesure de geler les recrutements dans la fonction publique a détruit sa vie. « Mon dossier était en bonne voie avant cette mesure, aujourd’hui ma vie est devenue un désastre à cause de cette mesure gouvernementale. C’est vrai que je pourrais être contractuel, mais après combien de temps », précise-t-il. Aujourd’hui, « ma fiancée m’a quittée », ajoute-t-il, les larmes au coin de l’œil.

La situation de Malhonne Moussavou Ndong n’est pas un cas isolé. Elle frappe des nombreux jeunes diplômés, aussi bien des grandes écoles que ceux sorties des établissements de formation professionnelles à l’extérieur du pays.

M. Raymond M. est allé apprendre le journalisme au Burkina. Rentré au Gabon, il a déposé un dossier au ministère de la communication. Aujourd’hui, en dépit de son expérience, il tire le diable part la queue, et tente sans succès depuis huit mois, une reconversion dans d’autres secteurs. « J’aurai plus de 35 ans quand ils vont décider de recruter. Entre temps, je fais comment. Même le métier que je suis allé apprendre des années durant au Burkina-Faso, je commence à perdre mes connaissances théoriques. A chaque fois, on me dit, ‘’le dossier est dans le circuit’’.

Pour l’ancien Premier ministre Raymond Ndong Sima, cette mesure va créer plus de problème qu’elle n’apporte des solutions.

Articles similaires

Laisser un commentaire

HAUT