VOUS ETES ICI
ACCUEIL > A LA UNE > Cobac, ce qui a changé dans les paiements électroniques

Cobac, ce qui a changé dans les paiements électroniques

GANAL – N’Djamena (TCHAD), Innocent ALLARAMADJI. Le président de la Commission bancaire (COBAC), gouverneur de la Banque des États de l’Afrique centrale, directeurs généraux des établissements de crédits et de microfinance de la CEMAC, les directeurs généraux des compagnies de téléphonie mobile, des sociétés informatiques, les universitaires et professionnels du secteur bancaire sont réunis à N’Djamena pour la diffusion du nouveau dispositif réglementaire relatif aux services de paiements dans la CEMAC.

A compter du 22 juillet 2019, la COBAC accorde six mois aux opérateurs économiques pour se mettre en conformité avec la nouvelle loi en matière de transactions financières dans les six pays de la CEMAC. Et au fin de vulgariser ce nouveau dispositif réglementaire, la COBAC a organisé des conférences de haut niveau qui ont aidé à mieux cerner ledit dispositif.

Ce qui a changé dans la loi

Il a été question à N’Djemena de protéger davantage les clients détenteurs de compte bancaire électronique du type Airtel money, Mobicah, Orange Money ou MTN Money pour ne prendre que quelques exemples courants au Gabon et Cameroun. Mais aussi de présenter le nouvel encadrement juridique des transactions financières électroniques, les conditions de surveillance de cette branche d’activités bancaires et financières née de l’innovation technologique.

De manière synthétique, la COBAC exige la traçabilité des opérations de transactions électroniques, la conservation le reporting. Les innovations portent aussi sur les fonds et normes prudentielles applicables aux établissements de crédits, le contrôle des distributeurs de service de paiement, la cessation d’activités, la restitution des fonds , etc.

Articles similaires

Laisser un commentaire

HAUT