VOUS ETES ICI
ACCUEIL > A LA UNE > Affaire Kevazingo : doute d’un industriel forestier, le Premier ministre et les frères Laccruche Alihanga accusés

Affaire Kevazingo : doute d’un industriel forestier, le Premier ministre et les frères Laccruche Alihanga accusés

GANAL – Libreville, Par CYPRIEN BOKHANI.  Le brasier de l’affaire Kévazingo, qui a tenu la République en haleine, semble de calmer. Bien plus, des zones d’ombres amènent certains compatriotes à se demander s’il y a réellement un « scandale kevazingo ». Et pour cause, des récentes déclarations sont venues contredire les affirmations officielles mettant en cause « le cerveau de la bande François Wu », le vice-président Manganga Moussavou, le ministre d’État Guy-Bertrand Mapangou, ainsi que des hauts cadres de l’administration des Douanes et de l’Économie.

Désarçonné par sa destitution, le VPR Manganga Moussavou accuse

Dans sa déclaration faite au lendemain de sa destitution, Pierre-Claver Manganga Moussavou, a nommément mis cause le Premier ministre Julien Nkoghe, le directeur régional des Douanes qu’il qualifie de « son poulain » et les frères Laccruche Alihanga (le Directeur de cabinet du Président de la République et le directeur général de l’Oprag). Selon l’ex-VPR, ces personnalités ne pouvaient pas ne pas être au courant de cette affaire. Pire, Manganga Moussavou estime que le rattachement du ministère des Eaux et Forêts à la Primature est un moyen d’empêcher la manifestation de la vérité. Des accusations graves pour lesquelles la Justice pourrait entendre le responsable de ces propos. Pourquoi se focaliser sur l’étape du port quand on sait que la mafia commence depuis la forêt, ainsi que nous le révèle un petit exploitant gabonais.

Analyse et doute d’un industriel

Après lui, quelques industriels français du secteur bois ont déclaré à Gabon Analytics n’avoir entendu parler que de 124 conteneurs arrêtés en 2018. « Connaissant aussi bien le fonctionnement des conteneurs au port que la filière bois, nous nous demandons toujours comment de 124, on soit passé à un volume de 353 conteneurs ? » a dit l’un d’eux. Par ailleurs, une interview attribuée à François Wu vient contredire les affirmations officielles. Une voix de François Wu parle de 129 conteneurs appartenant à la SNBG et dit que la vente affirmée de 153 conteneurs ne sont qu’une des allégations sans fondements.

De plus, la manipulation d’un conteneur prendrait entre 20 et 30 minutes entre le site d’entreposage et l’embarquement sur le navire. Comment a-t-on pu évacuer 150 conteneurs sur la Chine sans que cela ne soit vu ?

La prochaine sortie du Procureur N’Zahou attendue par l’opinion

Après une surchauffe entretenue par les communications des autorités politiques et la toile, les intelligences commencent à gagner en lucidité. « Le parquet de la République tient à rappeler que quelque soit le rang, grade et qualité, dans ce qu’il convient de nommer réseaux Kévazingo, elles seront poursuivies et force restera toujours à la loi », avait promis le Procureur Olivier N’Zahou. L’opinion attend que le parquet avance dans son enquête en commençant par montrer à l’opinion les 200 conteneurs de Kévazingo retrouvés, pourquoi pas les documents qui confondent les hauts cadres déchues de leurs responsabilités, les preuves de cette mafia organisée autour du bois.

A noter que quand cette affaire explose avec l’annonce du Procureur Près de Tribunal de Libreville, Olivier N’Zahou de la disparition de 353 conteneurs, suivies par celles du porte-parole du Président de la République, et du porte-parole Nanette Longa, l’affaire Kévazingo a tout de suite réuni les ingrédients d’un film hollywoodien à succès : implication supposée des hautes personnalités politico-économiques, suspension tapageuse de 12 hauts fonctionnaires « désignés coupables », incarcération du directeur général des Douanes, mais aussi corruption à coups de milliards d’une chaine de personnalités. « Tout s’est passé comme dans ces films où une chasse à des personnes désignées avant l’heure coupables, sans trop savoir si elles sont réellement coupables », explique un avocat dubitatif quant à la tournure des événements.

Articles similaires

Laisser un commentaire

HAUT