VOUS ETES ICI
ACCUEIL > POLITIQUE > Cacophonie du kévazingo. Les 300 millions donnés aux parlementaires auraient fâché le Palais présidentiel

Cacophonie du kévazingo. Les 300 millions donnés aux parlementaires auraient fâché le Palais présidentiel

GANAL – Libreville, CHRISTIAN KESTER LUKHA. On comprend un peu mieux l’origine de la colère du Palais du Bord de mer. Après avoir remis au bas mot 1,5 million de francs CFA à chaque parlementaire, sénateurs et députés, y compris les deux députés du PSD, lors du dernier séminaire gouvernemental du cap Estérias, soit près de 300 millions de CFA claqués en un vendredi, le Palais du Bord  de Mer ne comprend pas que Pierre-Claver Manganga Moussavou et Guy Bertrand Mapangou surtout n’aient pas bien étudié leurs leçons sur la cohésion entre le gouvernement,  le parlement ainsi que les autres institutions de la République.

Les « c’est pas moi qui ait volé le kévazingo ! », « C’est pas moi non plus qui ait volé le kéva ! » alors que le Gouvernement avait presque désigné ses coupables au sein du Gouvernement et de la haute sphère de l’Etat faisait passer l’establishment politique en bourrique au yeux des populations.

Après la cacophonie entre le gouvernement et le bureau du Parlement (Lettre d’Idriss Ngary au Premier ministre) au sujet des conditions d’éligibilité à la bourse pour les étudiants, le Palais du Bord de Mer s’entendait à une symphonie de chœur de cathédrale autour des déclarations publiques des décideurs politiques de la majorité.

D’où la guillotine politique administrée aux deux commis de l’État, l’emprisonnement du directeur général des Douanes pour outrage à Magistrat… La modique somme de 300 millions FCFA distribués aux députés et sénateurs au Cap Estérias, mérite tout de même un petit silence.

Articles similaires

Laisser un commentaire

HAUT