VOUS ETES ICI
ACCUEIL > BUSINESS > AFFAIRES & CONTENTIEUX > 500 armes volées à Gros-Bouquet. Ali BONGO en courroux, des généraux sous haute surveillance

500 armes volées à Gros-Bouquet. Ali BONGO en courroux, des généraux sous haute surveillance

GANAL – Libreville, PAR TANGUY OTOUNGA. Comme l’a révélé Gabon Analytics dans une précédente publication reprise par les réseaux sociaux, l’affaire des 500 fusils de guerre volés (Cliquez ici pour lire) au Camp Gros-Bouquet continue d’alimenter les conversations. Le Président de la République en fait un point d’honneur lors du présent séjour. « L’affaire des armes est la principale raison qui a amené « le Patron » à venir à Libreville. Il devrait adresser un message clair à l’endroit des officiers soupçonnés dans cette affaire d’armes», a expliqué une source proche du dossier.

En effet, depuis Rabat Ali BONGO ONDIMBA n’est pas de bonne humeur avec des généraux et des officiers supérieurs de la Gendarmerie et de la Garde Républicaine. Ces armes planquées, on ne sait où,  et qui comprendraient des fusils d’assaut de type Famas (Notre photo Droits réservés n’est pas illustrative). A l’heure actuelle, les 5OO armes de guerre disparues dans la Caserne du camp de Gros-Bouquet ne sont pas toujours retrouvées.

Pour sa part, la Contre-Ingérence et les Services de renseignements de la Garde Républicaine travaillant sous les ordres de Frédéric BONGO ONDIMBA, demi-frère du président Ali BONGO, croient avoir un faisceau d’éléments probants pour dénicher quelques coupables. L’alerte rouge a été donnée et les soldats loyaux au Président de la République sont sur les dents. Dans le collimateur, quelques épaules étoilées de la Gendarmerie nationale et de la Garde Républicaine.

Certes, aucun indice n’est probant à 100 %, mais des grands soupçons pèsent sur le commandement chef de la Gendarmerie et quelques hauts officiers en poste à Gros-Bouquet, récemment promus par le Président de la République. Les fouineurs des Services spéciaux qui par ailleurs reniflent aussi du côté de l’Etat major de la Garde Républicaine, ont pointé sur leur liste, des généraux de la GR. Par ailleurs, certains  » pays amis  » comme le Maroc et la France ont été discrètement mis à contribution pour maintenir « le pays au calme  » au cas où quelques folies venaient à travers la tête de rêveurs.

Durant ce séjour, Ali BONGO qui depuis Rabat surveille son pays, va rencontrer quelques épaules étoilées des nos Forces de l’ordre, se parler les yeux dans les yeux, « tirer un certain nombre de choses au clair quant à la sureté de l’État et la loyauté vis-à-vis du chef suprême des Armées ». Le moins que l’on puisse dire est que ces hauts galonnés sont sous haute surveillance, « leurs moindres mouvements scrutés, leurs poubelles reniflées ». « Le patron sera ferme avec eux », commente un autre.

Pour l’heure, il n’est pas question de révoquer les grands officiers soupçonnés d’être de près ou de loin, en lien avec ce vol spectaculaire d’armes de guerre.

Articles similaires

Laisser un commentaire

HAUT