VOUS ETES ICI
ACCUEIL > INTERNATIONAL > INSTITUTIONS > Grossier montage de la photo des chefs d'Etat. Le manipulateur a laissé des indices sur le lieu du crime

Grossier montage de la photo des chefs d'Etat. Le manipulateur a laissé des indices sur le lieu du crime


GANAL – Libreville, PAR TANGUY OTOUNGA. On se demande ce qui a pu bien se passer avec cette photo remise à l’Agence France presse par  » une source officielle marocaine » dans l’intention de manipuler l’opinion gabonaise ? Le criminelle chargé de cette besogne d’intoxication des Gabonais par des fausses images, a-t-il laissé, comme on le dit, les indices sur le lieu du crime ? Apparemment oui !
En effet, dans la précipitation de la prise d’image, le photographe officielle marocain ou gabonais – qui sait – lequel photographe n’a curieusement eu qu’une prise de vue (un seul cliché sous un seul angle), ou encore, l’infographe de service chargé du grossier montage a dénaturé le drapeau marocain, un des symboles phares de la royauté chérifienne.
L’étoile sur le drapeau marocain n’est pas verte, comme d’ordinaire, mais plutôt noir sur cette image. Comment expliquer que le Protocole Royale ait pu accepter d’afficher un drapeau marocain plutôt avec une étoile noir ?
De plus, quelques points sur cette photo méritent des explications : notre président assume volontiers sa moustache grise. Or sur l’image, elle est plutôt bien sombre. De deux, sur le plan médical, comment un médecin a pu autoriser à notre chef de l’Etat le port d’un turban qui lui serrerait les flux sanguins qui vitalisent la tète et le cerveau, car c’est à ce niveau qu’il aurait eu des « saignements« .
Depuis le 24 octobre 2018, date où le président de la République s’est rendu malade à Riyad, les Gabonais ne sont informés que par des pages Facebook et des communiqués laconiques publiés par des agences de presse étatiques : saoudien, marocain et  depuis le 3 décembre par l’AFP – ( française).

Articles similaires

Laisser un commentaire

HAUT