VOUS ETES ICI
ACCUEIL > BUSINESS > AGRICULTURE > MAYUMBA. Destruction massive des plantations dans la Basse-Banio : le cri d'alarme d'Angélique Ngoma.

MAYUMBA. Destruction massive des plantations dans la Basse-Banio : le cri d'alarme d'Angélique Ngoma.


GANAL – ENVOYÉ SPÉCIAL (Tchibanga) Gaël D’IBEA. Entre l’obligation de préserver les pachydermes et la nécessité du développer le secteur agricole, la Société de transformation et de Développement rural (Sotrader) doit urgemment trouver une solution fiable, peu onéreuse et efficace.
L’élue locale, profitant de la présence d’une délégation de la Sotrader dans la Basse-Banio, a soulevé le problème de dévastation des plantations auquel les populations de Mayumba sont confrontées. Mme Angélique Ngoma a sollicité l’intervention urgente de la Sotrader afin de limiter voir stopper « un problème devenu récurrent« .
Pour les représentants locaux de l’agence nationale de protection de la nature (ANPN), ce phénomène serait dû au grand braconnage qui sévit au Congo voisin. Selon Guillaume Menie du programme Intégration des Communautés Locales, c’est en fuyant ces zones qui leurs sont défavorables que les pachydermes entrent dans les forêts gabonaises où ils sont relativement protégés. Il y a également l’exploitation forestière qui en détruisant l’habitat naturel des éléphants, oblige les éléphants à se rapprocher des villages pour se nourrir explique t-il. 
Les experts de l’ANPN proposent la mise en place de barrières électriques autour des plantations. Une solution efficace certes, mais très onéreuse reconnaît Théophile Ogandaga, P-DG de la Sotrader. « La Sotrader serait plutôt pour une solution dont le coût nous permettrait de la pérenniser tout en maintenant nos produits agricoles à des prix concurrentiels« , a t-il indiqué. Allusion faite à certaines méthodes peu coûteuse comme les barrières à canettes (les boîtes accrochées aux fils de la clôture font un bruit qui éloigne les bêtes) ou encore le fait de laisser un poste radio en marche sur le site.
Une chose est sûre, les populations, par la voix de leur député, attendent avec instance des solutions idoines de la part des autorités compétentes afin de poursuivre leurs activités agricoles.

Articles similaires

Laisser un commentaire

HAUT