VOUS ETES ICI
ACCUEIL > BUSINESS > AFFAIRES & CONTENTIEUX > MAKOKOU.«Tricheur à l'ENS ! » : altercation musclée entre deux profs de philo

MAKOKOU.«Tricheur à l'ENS ! » : altercation musclée entre deux profs de philo


GANAL, 23 mai 2018 – CORRESPONDANT (Ogooué-Ivindo) CYPRIEN BHOKANI.  Ce qui s’est passé à Makokou, ce 23 mai 2018, en matinée, entre Sieurs Max Etutu et Eya’a, tous deux enseignants de philosophie au Collège Notre Dame de Victoire (CNDV – catholique) a vite fait le tour de la ville. Oui, l’injure a volé bas et les soupçons de monnayage des épreuves ont éclaté au grand jour.  Un vrai spectacle de chiffonnier sans précédent, et, il aura fallu de peu pour que les deux protagonistes enlèvent leurs chemises pour se bourrer les coups, devant les élèves et le personnel administratif du CNDV.
LES FAITS. Au Collège Notre Dame de Victoire, l’heure est n ce moment à la session du bac blanc pour jauger du niveau des élèves. Ce matin, à 8 heures, les candidats devraient passer l’épreuve de philosophie. Laquelle épreuve a été distribuée. Les candidats avaient commencé à plancher dessus.
Et les événements vont s’accélérer… négativement quand Max Etutu arrive au Collège et entre dans une salle de classe. Après avoir pris connaissance de l’épreuve sur laquelle composait les élèves, il est tout de suite rentré dans une colère sombre et s’est mis à arracher les copies aux élèves appeurés, face à une telle réaction. « Ça ne se passera pas comme ça », aurait-il tempêté à haute voix.
Selon les informations recueillies auprès de plusieurs sources, Max Etutu s’est enflammé parce qu’il accuse l’autre prof de philosophie, son collègue Eyaa, d’avoir comploté avec l’administration pour que l’épreuve que lui, Max Etutu, a composée ne passe pas. Il ne l’a pas accepté et a tenu à le faire savoir à la face de son collègue « traite ».

Makokou – Mission catholique, toit vers le CNDV

Il se dit que le censeur 2, un certain Ndoma aurait appris que Max Etutu s’est montré indiscret avec sa fameuse épreuve de philo. Il aurait fait voir la copie au secrétariat du proviseur, avant de la proposer à la direction de l’examen blanc. Les mauvaises langues disent que l’enseignant Etutu aurait eu la générosité de montrer son épreuve, la nuit à certains élèves à qui il aurait donné des assurances monnayées.
Informé de ces ragots, le censeur 2 a simplement changé l’examen de philo blanc. Ce matin, en entrant dans la classe où composaient les jeunes, M. Etutu a été désagréablement surpris de ce changement. La suite vous la connaissez, les copies sont arrachées de force aux élèves qui composaient.
C’est plutôt la suite fait, l’altercation entre les deux hommes, qui est déroutant. On apprend que, distillant quelques indices, Max aurait promis à certains élèves que l’épreuve passerait sans faute en matinée. Et beaucoup d’enfants se sont donc concentrés sur son épreuve, sans réviser les thématiques étudiés en classe.
Or le censeur, informé de ce que le prof s’est d’abord retrouvé avec certains enfants autour du sujet, a décidé de changer l’épreuve. D’autres élèves rapportent que le groupe d’élèves ayant traité le sujet avec Max Etutu la veille, ont été surpris du contraire ce matin, et se sont mis en classe à taper le stylo sur les dents, car désorientés de que le sujet de Max n’ait pas été programmé.
Des méchants élèves et même le personnel administratif racontent qu’il aurait arraché les copies pour que l’épreuve n’ait pas lieu. Si tel est l’objectif recherché, il a été atteint, l’épreuve de philosophie a été renvoyée pour vendredi 25 mai 2018. « Puisque l’épreuve proposée par son collègue a été retenu, il doit penser que ce dernier a certainement travaillé avec d’autres élèves », commente un proche du censorat 2.
Et des soupçons de monnayage des épreuves ont éclatés au grand jour. Tout se passe comme si chacun entretenait un groupe des élèves, comme s’il y avait deux clans qui s’affrontaient au sein de la même classe, au sein du même établissement. Pour sa part, M. Etutu soupçonne le Censeur 2 et M. Eya’a de vouloir favoriser un autre groupe d’élèves, par des épreuves de moindre qualité.
Il faut dire que les deux enseignants partagent la même classe, ils sont en double. Entre les deux, c’est loin d’être le parfait amour. Du coup, tirant à boulet rouge sur son adversaire, chacun a sorti publiquement « la mauvaise doc » des années universités, répétant à qui voulait les entendre les tricheries et incompétence de l’autre. Pour M. Max « l’autre ne sait pas enseigner, il aurait repris la deuxième année à l’ENS ». Quand pour M. Eyaa, « Max Etutu n’est qu’un tricheur depuis l’ENS. La preuve, il propose un sujet qu’il traite avec les enfants avant l’examen moyennant de l’argent ».
L’ambiance reste tendue au Collège Notre Dame de Victoire de Makokou.


Partagez le lien de cet article croustillant de Gabon Analytics.com, via facebook et autres réseaux sociaux

Articles similaires

Laisser un commentaire

HAUT